Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Pierre Dhainaut


Biographie

Né à Lille en 1935, vit à Dunkerque, Nord. Agrégé de Lettres Modernes. Membre de l'Académie Mallarmé.
A souvent collaboré avec peintres et graveurs pour des manuscrits ou des livres illustrés. Une anthologie publiée par le Mercure de France en 1996 retrace son parcours, "Dans la lumière inachevée".

Bibliographie

Bibliographie succincte :

  • Rudiments de lumière, Arfuyen, 2013
  • Vocation de l'esquisse, La Dame d'Onze Heures, 2011
  • Levée d'empreintes, Arfuyen, 2008
  • Traversées n°49, Pierre Dhainaut Traversées, 2008
  • Dans la main du poème Henry, 2007
  • Une voix au-dessus des dunes, sur les traces de l’Abbé Bonpain Lieux d'Etre, 2007
  • Pluriel d'alliance L'Arrière-Pays, 2005
  • Au dehors, le secret Voix d'encre,2005
  • Entrées en échanges Arfuyen, 2005
  • Introduction au large, Arfuyen, 2001
  • A travers les commencements, Paroles d'aube, 1999
  • Paroles dans l'approche, L'Arrière-Pays, 1997
  • Dans la lumière inachevée, Mercure de France, 1996
  • Passage par le choeur, La Bartavelle, 1996
  • Fragments et louanges , Arfuyen, 1993
  • Prières errantes, Arfuyen, 1991
  • Le don des souffles, Rougerie, 1991
  • Fragments d'espace ou de matin, Hautécriture, 1988
  • Terre des voix, Rougerie, 1985
  • Le poème commencé, Mercure de France, 1969


  • Actualité

    Nouvelle(s) parution(s)

    Voix entre voix L'herbe qui tremble (2016)
    L'autre nom du vent L'herbe qui tremble (2014)

    Autres parutions présentées sur ce site

    Rudiments de lumière Arfuyen (2013)
    Vocation de l'esquisse La Dame d'Onze Heures (2011)
    Levée d'empreintes Arfuyen (2008)
    Traversées n°49, Pierre Dhainaut Traversées (2008)
    Dans la main du poème Henry (2007)
    Une voix au-dessus des dunes, sur les traces de l’Abbé Bonpain Lieux d'Etre (2007)
    Pluriel d'alliance L'Arrière-Pays (2005)
    Au dehors, le secret Voix d'encre (2005)
    Entrées en échanges Arfuyen (2005)

    + Consulter les archives


    Extrait
    Si vifs, l'éclat jaune, l'éclat rouge
    des arbustres en fleurs, les premiers dans la cour,
    ne connaissant ni les noms ni les murs :
    pourquoi nous retenir de voir, aujourd'hui
    justement ? Ce n'est pas pour nous que nous regardons,
    mais pour tous ceux dont les chambres sont closes
    et les paupières. Quand ils rouvrent les yeux parfois,
    nous croyons qu'ils nous scrutent, exigent-ils une présence
    ou veulent-ils apaiser une image
    venue d'eux-mêmes, d'eux-seuls ? Là où nous sommes,
    du côté du spectacle, nous ne transmettons rien,
    nous ne recevons rien non plus. Spontanément la main
    tremble et s'avance et sur le front qu'elle caresse,
    ride après ride, efface l'ombre et prononce les mots fidèles
    à ce matin de mars comme aux visages.

    Autres poèmes
  • Confiance, dit le poème
  • Fort Mardyck
  • Plaine de Flandre

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter