Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poète d'aujourd'hui

Jean-Baptiste Cabaud


Biographie

Jean-Baptiste Cabaud est né en 1970 en Savoie, et vit à Lyon depuis 1993. Après une dizaine d'années passées dans le graphisme, il se consacre depuis 2005 entièrement à la poésie, écrite, parlée, dessinée. Il a publié depuis cette date un livre jeunesse et plusieurs recueils de poésie.

De ses textes, il donne lectures et performances régulières en France et à l'étranger (Berlin, Lituanie, Slovénie, Roumanie…) en voix seule ou au sein de la formation de poésie-électro Saint Octobre qu’il a monté avec le musicien David Champey.

Son travail de dessin, tournant actuellement autour d’auteurs et de textes croisant poésie, astrophysique et philosophie (Auguste Blanqui, Lucrèce…) est donné à voir en expositions (Lituanie, France…)

Il aime aussi croiser les pratiques et confronte souvent sa poésie avec les disciplines d’autres artistes : Magali Mélin, peinture, les Derviches Associés, cinéma, Sarah Pellerin-Ott, danse, Maud Chalmel ou Clément Payot, graphisme, Anne Bouillot, photographie…

Jean-Baptiste anime tout au long de l'année rencontres et ateliers d'écriture poétique en milieux scolaires, centres sociaux, bibliothèques, auprès d'enfants, d'adultes ou de publics en difficulté (handicap, etc.), que ce soit en France ou à l’étranger.

Bibliographie

Poésie

  • Nouveau Noum, Poésie multimédia visuelle et sonore – texte, musique, cinéma, photo, graphisme autour de l’univers de Saint Octobre. Éditions la Passe du Vent 2015.
  • Fleurs, éditions La Passe du Vent, 2014
  • Le livre pour sortir au jour, avec la peintre Magali Mélin – Éditions le Pédalo Ivre, 2013
  • Le coeur du monde extraordinaire (direction d’ouvrage - avec 600 enfants de Saint-Étienne en ateliers), Éditions de phénicie (Saint Martin La Plaine - 42), 2011
  • Les mécaniques, Éditions À Plus d’un Titre (La Bauche - 73), 2008

    Jeunesse
  • Le petit inconnu au ballon, illustrations de Fred Bernard – Éditions le Baron Perché (Paris), 2007

    En revues et collectifs
  • La gueule du Christ dans le corps d’un garçon. – in Un printemps sans vie brûle. Avec Pier Paolo Pasolini, Éditions la Passe du Vent
  • G.lavnoïé Ou.pravléniïé Lag.uérieï – in Ouste n°22, Éd. Féroce Marquise / Dernier Télégramme
  • 36 Choses à faire avant de mourir – livre collectif - Pré#carré éditeur
    Mère Ourse – in Demain de nuit de jour, autour des chansons de Jean-Louis Bergère, Éd. Gros Textes
  • 1973 – Kola NPP – VVER 440/230 – Centrale Anatomique – in Bacchanales n°49, Maison de Poésie Rhône-Alpes
  • C’est l’été, Camus. – in Albert Camus, Soleils de midi. Pour saluer Albert Camus, Éditions la Passe du Vent
  • 66° 33 44 N – in Bacchanales n°48, Maison de Poésie Rhône-Alpes
  • Fleurs (extraits) – in Triages n°24, Éditions Tarabuste
  • On ne survit pas à une catastrophe aérienne – in Dégradés, Livre collectif d’artiste, Éditions 36 du mois
  • Dix refus d’éditeurs – in Teckel n°4, juin 2009, Éditions Les Contrebandiers Éditeurs
  • Kraken vieux – in Harfang n°35
  • Momie Dick, fonceur des océans – in Mercure Liquide n°10
  • La Neige du temps – in Mercure Liquide n°8
  • E bella la vita – in Projet Bermuda n°1, Bande dessinée illustrée par Frédéric Nuñez.
  • Les Bergères peintes en bleu – in Voix d’encre n°35, Éditions Voix d’Encre


  • Actualité

    Nouvelle(s) parution(s)

    La Folie d'Alekseyev Dernier télégramme (2017)

    + Consulter les archives

    Extrait
    Mère Ourse

    dans la gueule de la mère ourse, un morceau de monde comme une viande rouge dont elle ne sait se défaire. des tempêtes couronnes, des refuges à orage, des forêts avalanches. du courage. dans sa gueule chaque matin, la météo du jour et les retournements d’un ciel à bascule. deux contrepoids, contre-mesures, jour de traque ou de repos, ses yeux regardent ailleurs, encore ailleurs. ou là. elle grogne et rumine. s’ébroue, sort, trace son sentier. hauteurs de monde, montagnes. invasions de ciels, de ruisseaux, de boue. du sédiment. beaucoup de beauté mélangée. et le reste. et le reste. pas le choix.
    -
    dans la gueule de la mère ourse, un labyrinthe chaviré, des évacuations d’air, une tenue d’ouvrier. grottes à maçonner, plaques en verre à monter. chantier. protéger ses espaces des chutes de soleils mensongers. pluies d’aérolithes en feu, pylônes fumée, nuées ardentes. pour contrer, tout le jour elle s’active, dans son œil la distance, à la patte une truelle, dans le ventre un horla. dans le ventre un horla. pas le choix.
    -
    dans la gueule de la mère ourse, la gueule d’un poète aux rêves infatigables — elle stoppe, pourtant, oui. elle s’arrête, quelques fois, oui. elle lève le museau dans les rayons rasants. plisse les yeux. frissonne à l’étrange instant planant dans la chaleur glissante, je l’ai vu. aube. crépuscule. elle change de regard, oui. surprise se relâche, oui. elle laisse. laisserait. presque, parmi ces ombres qui s’étirent, le temps s’étendre, mais… — mais dehors il pleut du feu et pas le choix, vivre, encore, c’est se protéger. oui. vivre, encore, c’est se protéger.
    -



    Jean-Baptiste Cabaud

    in Demain de nuits de jours,
    éditions Gros Textes, 2014

        Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Facebook Newsletter