Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Parution

Et parier que dedans se donne aussi la beauté


poète
      James Sacré
éditeur
      Aencrages&Co
type
      Recueil
date
      30/04/2018
descriptif
      Où il est question du corps, de l’écriture et de ce qu’il en est de la déchirure, ce qui lie le premier avec le second.
Il est question de la façon dont on se place dans le monde, ce qui nous transporte, ce que voient nos yeux et ce qu’expriment notre bouche, nos mains. D’où part-on pour dire ce rapport aux choses ? Qu’est-ce qui est vrai, qu’est- ce qui ne perd pas sa substance ? Où est la force ?


« le plus beau poème n’est jamais
Que le reste de quelque chose. »


Quelle différence y a-t-il entre le chemin parcouru et l’objet abouti ? Il y a quelque chose de l’unification, d’une volonté d’absolu et d’honnêteté. On voudrait que le poème, la peinture disent tout : le balbutiement, l’avancée dans le noir, la recherche de beauté, et déjà ce miroir d’une vérité, du vivant, qui est partout.

James Sacré tord le langage dans une volonté de montrer la recherche d’une esthétique poétique dépouillée, proche du « gribouillage », proche de ce brouillon où l’on rature, où l’on cherche ensuite à ne garder que l’essentiel. Ces choses qu’on a tendance à ne pas voir et où pourtant « se donne aussi la beauté ».

« On ne sait pas trop ce que pourrait être Les chutes, les copeaux d’un poème, Des mots restés dans un brouillon, venus pourtant À cause d’un paysage qu’on a parcouru Ou pour tenir compagnie À des dessins qu’on t’envoie, non aboutis. »

Recueil

    Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Twitter Instagram Newsletter