Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poème

Qu’ils périssent !



poète
      Salah Al Hamdani
poème
      Il n’y a plus de dialogue - mystère
plus de parole subtile
après le vide laissé par les tueurs
il pleut sur mon âme

Ceux qui ont bavé sur le sacré
qui assassinent les hommes
qu’ils périssent !

Un vent ravage le corps
l’argile où patauge le fleuve
tout le pays se prépare à en finir avec le tortionnaire
un peuple passe au crible des fossoyeurs
et Dieu amasse les enfants mutilés en son nom

Ceux qui égorgent les hommes
pour nourrir leur combats
qu’ils périssent !

Un sentiment étrange s’empare de mes écrits
Les morts m’entourent
Même les hirondelles ont fui la parole

Ce vide comme la peur
qui ne veut pas se dissiper
Alors que la nuit laisse aller l’ombre
comment nommer l’oubli devant moi ?

Avec le récit
Le battement du langage
comme la défaite du jour et le défi, je vous crie :
qu’ils périssent !

Il y aura encore tellement d’aubes
et d’amours immenses
qu’il suffirait d’un geste de lune
pour que le phare survive
malgré la hache et la mutilation

Surtout ne pas fuir
car mon hennissement
te dira encore :
qu’ils périssent !


* Extrait du recueil \"Bagdad mon amour\", Editions Le Temps des Cerises, Paris, 2014 (Nouvelle édition).


édition
printemps des poetes
      2014
genre
      Poèmes à la poche

    Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Twitter Instagram Newsletter