Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Poème

Je est un autre, hommage à Arthur Rimbaud



poète
      Isabelle Pinçon
poème
      Je est un autre, pas si vite messieurs, nous n’en sommes pas là, d’abord dire que je est une personne mais laquelle, ah oui laquelle d’entre nous est je et qui est celui qui déclare que je est autrement que lui-même, ailleurs et pour toujours, peut-être que celui qui dit cela qui l’affirme en toute bonne foi est déjà rendu de l’autre côté, presque à toucher la vérité, à l’embrasser l’embraser, pas de précipitation messieurs, nous pourrions gâcher la partie, supposons qu’au delà de la longue chaîne des montagnes, le grand désert de l’atlas, cet autre masculin, forcément masculin si je suis une femme, reste invisible à force d’avoir marché en sens inverse, toujours fuyant de façon à tirer l’écriture, à lui donner l’occasion de franchir les cols enneigés, les sentiers escarpés, grands espaces immaculés, notez bien : voilà la poésie à son comble ! pour finir dépassant la ligne d’horizon, non pas jusque là messieurs, il faut une ligne d’horizon pour que cela tienne, une ligne qui rende possible que je étant un autre le retrouve un jour, si l’un épris de l’autre se sont séparés bons ou mauvais amis, bons ou mauvais amants, cela importe peu, ils cherchent au moins à se retrouver sans jamais y arriver, que cela reste à l’état de projet, les retrouvailles du sujet et de sa pomme et de la multitude ensemble, pris dans les glaces, les secousses sismiques, le fracas des obus, nous aimons bien écrire dites-vous, vous faites bien d’insister, oui certes mais la psychologie des comportements, la perte des repères, le jeu des contraires, vous devez admettre que trop de proximité tue la création à un point que vous ne pouvez imaginer et c’est une affaire délicate que de traiter de la condition humaine, reprenons autrement voulez-vous, je est un autre si l’on veut bien admettre que je d’abord existe en tant que lui-même voit son image mais revient alors la vieille histoire sur les origines et qui de la poule ou de l’œuf arriva le premier, qui donc messieurs dans le passé vint au jour ? aussi bien affirmer d’emblée qu’un autre précède je et alors nous n’avons plus la certitude que je est prioritaire et que le monde tient par l’existence démesurée de celui qui l’écrit, nous pouvons aller visiter un poulailler si vous le voulez ou lire les philosophes ou s’asseoir à la terrasse d’un café et deviser encore, mais d’abord messieurs, d’abord, qu’attendons-nous pour lire Rimbaud, il ne fait aucun doute que sa mémoire tient lieu d’éveil musical.
édition
printemps des poetes
      2005
genre
      Tombeaux

   Documents à télécharger

 Poème au format PDF


    Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Twitter Instagram Newsletter